La politique belge : une affaire de famille ?

Publié le par Daive

Un article intéressant du Telegraaf révèle les penchants des partis politiques belges (et spécialement néerlandophones) à proposer à des électeurs de voter pour les fils ou les filles d'anciens politiciens. Ainsi, le quotidien néerlandais nous rappelle que les enfants de Jean-Luc Dehaene, Karel de Gucht, Luc Van Den Bossche, Louis Toback ou d'Herman de Croo ont suivi le chemin de leurs parents. A cette liste, je rajouterais d'ailleurs les fils de Michel Daerden ou de Melchior Wathelet pour ne citer qu'eux. 

Le journaliste rapporte que cette situation est dûe à l'immense complexité de nos institutions et qu'il est important d'avoir un bon netwerk (réseau) pour pouvoir s'en sortir. De plus, les partis ont beaucoup plus d'importance en Belgique. En effet, alors qu'aux Pays-Bas c'est le chef de groupe d'un parti qui à la plus grande importance, en Belgique c'est le président du parti lui-même. Ce qui est particulièrement négatif car tout le monde n'a alors pas les mêmes chances. 

Un politologue belge termine et dit que le népotisme fait partie de la culture flamande (et francophone devrais-je dire).

Encore une preuve que la particratie (que combat le B.U.B.) est extrêmement néfaste, et pas seulement en ce qui concerne le communautaire mais le politique lui-même. 

Publié dans Politique intérieure

Commenter cet article

belgeetfierdeletre 12/03/2009 22:35

Tu as oublié le fils de Louis Michel.