Remplacer les "cours philosophiques" par du sport

Publié le par Daive

Comme promis, je n'ai pas couvert les J.O. et ce n'est pas aujourd'hui que je commencerais. L'après J.O. est, par contre, assez intéressant. Devant les médiocres résultats de notre pays, les "solutions" affluent de partout. Papa veut décentraliser le sport dans trois grandes villes francophones, Bert veut refinancer, Leterme veut une aide fédérale (comme quoi, y a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis) et Marc Tarabella veut remplacer les cours philosophiques par du sport.

"Remplacer les cours philosophiques par du sport", quand j'ai lu ça, j'ai cru que j'allais tomber là. Les cours philosophiques donc, ce sont les cours de religion et de "moral". J'ai eu la chance d'en visiter plusieurs. En primaire, j'ai eu mes premiers cours de religion israélite, quand ma professeur était malade (elle était assez âgée) j'allais au cours de religion catholique et, pour des raisons qui n'ont pas beaucoup d'intérêt pour vous, j'ai aussi été à des cours de moral en 5ème secondaire. Chaque cours avait sa particularité : en religion israélite je renouais avec mes traditions et mon histoire, en cours de religion catholique j'apprenais celles des autres et en moral ... pas grand chose je l'avoue, tant ce cours était pauvre, j'espère que ce n'est pas le cas partout.

Ainsi, Monsieur Tarabella veut supprimer ces cours sous le prétexte que la religion doit rester dans le cadre privé. La religion (ou l'athéisme) doit rester dans le domaine privé, nous sommes absolument d'accord là-dessus. Elle n'a rien à faire dans le domaine public et dans les structures de l'Etat , nous sommes d'accord. Cependant, le problème me parait différent  en ce qui concerne les cours philosophiques enseignés dans les écoles publiques. En effet, mes professeurs de religion étaient ouverts, bien intégrés et tolérants, mais j'aurais pu tout aussi bien m'être trouvé face à des rabbins, curés ou imams qui ne le sont pas. On voit souvent des cas, dans la presse, d'extrémistes et de fanatiques -et ce dans toutes les religions- qui prêchent un retour à des dogmes moyenâgeux, et pas seulement au Moyen-Orient ou aux USA mais en Belgique. L'avantage d'une éducation religieuse encadrée par l'Etat est justement qu'elle permet d'éviter de tomber sur n'importe qui.

L'éducation philosophique hors de l'école impliquerait de nombreux dangers. Dans certains cas ce sont les parents qui pourraient éduquer leurs enfants. Des parents parfois très religieux et intolérants, voir racistes, pourraient transmettre les plus mauvaises valeurs à leurs enfants (antisémitisme, misogynie, etc ...). Si ce n'est pas les parents, cela peut-être des curés, des rabbins ou des imams et dans ce cas, c'est un peu la Roulette Russe. On peut très bien tomber sur un curé ouvert, de son temps, qui apprend à ses élèves à respecter leur religion ainsi que celles des autres et qui identifie bien la séparation entre le clergé et l'Etat, comme on peut tomber sur un curé fanatique, qui leur apprend que les non-chrétiens vont en enfer et que le préservatif est une invention du diable. Un imam peut être parfaitement intégré, très tolérant et pacifique comme il peut être fanatisé, théocentriste et xénophobe.

La religion doit rester du domaine privé, mais pour se faire, les citoyens doivent être éduqué dans ce sens. On doit le lui dire dès son plus jeune âge et ce n'est qu'ainsi que sera préservée cette séparation qui doit être clair dans l'esprit des jeunes.


Publié dans Divers

Commenter cet article

Alain 27/08/2008 21:50

Entièrement d'accord avec toi, moi même suis croyant non-pratiquant, pour des raisons personnelles.Ma fille avait un ami italien qui jouait au foot.Il est venu en Belgique voulant s'installer, il se renseigne pour le foot, en Italie, il est payer, déplacement et tout, ici rien il doit tous prendre en charge et c'est bénévole, bon OK.On voit le résultat lors de grandes compétitions internationales, ce pays ne fait rien ni pour les jeunes, ni pour le sport en général (ou trop peu).Fallait bien qu'il trouve un coupable le monsieur, des solutions il en ont tous, mais ce ne sont que des emplâtres sur une jambe de bois.

Un petit Belge 26/08/2008 18:30

Je suis assez d'accord avec David pour ne pas supprimer le cours de religion/morale à l'école, mais on pourrait peut-être le limiter à 1 période/semaine au lieu de 2 périodes. Cette nouvelle période pourrait être consacrée à l'éducation physique (ou autre chose) mais Lio a raison : ce n'est pas la solution miracle. Je pense qu'il y a un gros problème d'infrastructures sportives. Si je prends le cas d'une ville estudiantine comme Mons, elle ne dispose plus d'une piscine depuis plusieurs années. Les écoles ne peuvent pas se permettre un déplacement vers les petites piscines du Borinage, car il ne reste plus rien de l'heure d'éducation physique. Oui, il existe un projet d'une nouvelle piscine mais cela fait des années qu'on en parle... Je suis convaincu qu'il existe d'autres exemples en Belgique. Lio parle d'activités sportives extra-scolaires, mais il faut d'abord savoir qu'il y a des endroits où rien n'est prévu et ces activités ont aussi un coût. On en revient à nouveau au monde politique qui doit intervenir afin que ces activités ne soient pas destinées uniquement aux enfants des riches. Mais le ministre Michel Daerden l'a répété ces derniers jours : la communauté française et la région wallone n'ont pas l'argent pour financer tous ces projets. Il n'y a que deux solutions : soit refédéraliser le sport, soit tenter de faire des partenariats privé/public pour investir dans les infrastructures sportives. Personnellement, je ne me fais pas d'illusion : dans deux semaines, on ne parle plus de ce sujet et le sport ne sera jamais une priorité du monde politique. Je pense que ce sont plus les communes qui ont la volonté de faire qqch avec les moyens du bord. Et si Kim Gevaert, Kim Clijsters et Justine Henin cherchaient à faire bouger les choses?

Lio 26/08/2008 17:26

Pas d'accord, déjà les cours de religion ont beau être organisés par l'état, Ce n'est pas lui (ni les écoles d'ailleurs) qui décident d'engager tel ou tel personne comme prof.Le risque de tomber sur un intégrite, xénophobe, etc... lors d'un apprentisage privé de la foi est aussi important que dans une école, quand aux parents, ce seront toujours eux qui montreront la voie quand à la foi de leur rejeton (c'est d'ailleurs facile de changer de religion que ce soit parce que le cours/le prof ne convient pas ou par feinéantise (comme moi)). Pourquoi nous n'avons pas un cours de philosophie ou un cours DES religions tous en commun comme nos voisins français ....Pour ce qui est du sport, tout le monde sait que celui-ci à l'école c'est de la grosse blague, et ce n'est pas en doublant le temps de celui-ci que ca changera fondamentalement. Par contre géneralisé la règle que "tout enfant ne faisant pas minimum 3h d'activité extra-scolaire par semaine soit obligé de suivre une activité para-scolaire organisée par l'école" là je suis totallement pour (et remplacer le activitées par activitées sportives...)