La Belgique, l'Etat et la République contre le régionalisme et le communautarisme.

Publié le par Daive

L'Etat tend à disparaître un peu partout en Europe. Il a fait son temps, il est démodé, remplacé par la région ou les communautés. Royaume-Uni, Espagne, Italie, France et Belgique sont les théâtres de ce changement aux conséquences catastrophiques. Là ou l'Etat disparaît il est remplacé par les régions, les religions et le communautarisme. Les nationalistes Ecossais et Flamands ou les religieux seront-ils les nouveaux maîtres de l'Europe ?

Il y a quelques années de cela, la Belgique était passée maître, au même titre que la France et les USA, dans l'assimilation ou l'intégration de tous. Les juifs; les immigrés italiens, algériens ou marocains; les Wallons; les Flamands et les autres pouvaient tous se reconnaître dans l'Etat belge dont l'identité ne repose ni sur la langue, ni sur la religion, ni sur l'histoire mais sur le Roi, la loi, la liberté et l'union : valeurs ô combien plus importantes. En France c'est ce qu'on appelle la République et aux USA, l'American dream.  On se sentait belge et wallon, belge et flamand, belge et juif, belge et musulmans.

Mais la mondialisation, le nationalisme régional et communautaire sont passés par là. Cette unité n'est plus. Les immigrés se sentent d'abord Marocains ou Italiens; les juifs se sentent israéliens; les Liégeois se sentent wallons et les Anversois flamands. Plus grave on place parfois la religion avant la nationalité car celle-ci n'existe plus. Alors que tous les Belges saluent le Roi, qui salue le Leeuw, le Coq, D-ieu ou Allah ?

Là ou l'Etat disparaît, le nationalisme, la religion et les autres le remplacent. Les années Tatcher coïncident avec le succès du SNP(nationalistes écossais); la fédéralisation de la Belgique a amené le replis identitaire (et non l'inverse). Aujourd'hui, le Roi et le gouvernement fédéral (national) ne servent plus a rien, ils sont inutiles. Les régions peuvent bien travailler sans et ce sont les lecteurs du Soir qui proposent des idées aux ministres incompétents(?!). En France ou au Royaume-Uni, l'Etat disparaît au profit de l'ultra-libéralisme, du communautarisme, du sectarisme.

Là est la tragédie. Pas seulement du point de vue sentimentaliste mais surtout vis-à-vis de notre quête d'identité. Qui sommes-nous ? Quel rapport ai-je avec ce postier, ce chauffeur des TEC, ce flic ou ce flamand ? Des étrangers ? Le pire est sûrement que la population n'a pas le choix, elle doit s'adapter à ce replis, nous ne sommes pas belges mais autre chose de plus petit ou de plus vague. la population doit abandonner ses anciens repères, sources de cohésions au profit de l'attache linguistique, régional ou communautaire source de divisions : "les Belgicains sont des doux dingues", "sale belge", "ce n'est pas un vrai flamand". On ne peut échapper à ce renfermement sur soi.

Tragédie parce que cette fermeture nous divise encore plus de l'autre, de l'humain, du voisin. On finit par être tous des étrangers de quelqu'un. Tous des ennemis, des concurrents. Le Roi, la loi et la liberté ne sont plus des valeurs porteuses aujourd'hui. Nos nouvelles valeurs sont : communauté et argent. Il est important, pour un avenir moins individualiste de garder des valeurs nationales (même si elles ne sont que symboliques), de garder une unité entre tous, entre pauvres et riches, entre Flamands et Wallons, chrétiens, juifs et musulmans, moi et toi. Car c'est cette valeur de l'unité qui mènera à l'Europe, et qui mènera a un avenir plus radieux pour nous tous.

Cette article est aussi disponible sur le site du BUB (http://www.unionbelge.be/fr/publications.php) et sur Medium4you (http://www.medium4you.be/article.php3?id_article=5518)

Publié dans belgium4ever

Commenter cet article