United States of Belgium

Publié le par Daive

Je regardais les élections américaines il y a quelques jours, et voyait comment cette Etat Fédéral (donc, identique de ce point de vue à la Belgique) se levait pour l'un ou l'autre candidat, qu'importe sa couleur ou la langue (anglais ou espagnol). Et je remarquais une fois de plus l'énorme différence qui existait entre ce véritable fédéralisme américain et notre confédération déguisée.

Il y a de nombreuses choses qui pourraient séparer les américains. L'histoire pourrait séparer le Nord et le Sud qui se sont fait la guerre, pourtant il n'en est rien. L'économie pourrait aussi séparer les états riches qui bordent les côtes et les états moins riches du centre du pays. Les régions fortement hispanophones pourraient revendiquer plus d'autonomie au même titre que les natifs, les minorités francophones de Louisiane ou les Îles d'Hawaii et l'Alaska très éloignées géographiquement. Les stéréotypes pourraient facilement déconstruire ce pays où les nord-américains se moquent franchement des sud-américains souvent comparés à des fermiers incultes, il n'en est rien. La fédération la plus multiforme au monde ne connaît pas la moitié du dixième des problèmes que nous avons, nous, petite Belgique que d'ailleurs peu d'américains savent replacer sur une carte.

Les USA ont une chance incroyable dont ils ne se rendent pas compte : leur Etat fédéral est un ... Etat fédéral, tout simplement. Ils ont des projets communs, des partis nationaux qui veulent changer le pays tout entier et non un Etat ou l'autre (bien que certains sénateurs en font un petit peu plus pour l'Etat d'ou ils viennent, mais ce n'est que justice). Les partis nationaux américains défendent la totalité du pays. Noirs, blancs, hispanophones (les sites web des concurrents sont parfois en espagnols, celui de la maison blanche est parfaitement bilingue), riches et pauvres. 

En Belgique, les flamingants refusent la collaboration de ceux qui ont tué leurs grands-parents néerlandophones dans les tranchées (alors que telle était le cas dans TOUTE l'Europe du NATIONALISME du XIXe et XXe siècle où la culture dominante envoyait "au feu" les cultures secondaires) et qui aujourd'hui sont soi-disant si miséreux. Les Wallaguons refusent d'apprendre le néerlandais, une langue "moche", alors que la culture néerlandaise est tout aussi importante que celle de notre langue. L'économie de notre Wallaguonie serait beaucoup plus performante als we nederlands spraken. Egoïsmes, bêtises, peur irraisonnée de voir s'affaiblir la culture francophone à Bruxelles et dans sa périphérie, revanchardisme idiot d'avant-guerre et replis communautaires suffisent à déconstruire notre si paisible petit pays. Alors que l'Amérique qui connaît mille et une raisons pouvant mener à une scission ne pense même pas une seule seconde à un tel scénario.

Publié dans belgium4ever

Commenter cet article

Adri L 17/02/2008 21:01

"Ce qui est faux c'est de croire que ces officiers francophones étaient uniquement wallons. La bourgeoisie ne se résumait pas aux wallons francophones, bien au contraire. Ces officiers étaient wallons, bruxellois et flamands."D'accord avec ça, mais... "...sur cette "légende", je l'évoque ici car elle est présente dans la plupart des argumentaires flamingants..."J'ai besoin d'argumenter?Allez oui;Tu présentes toi même un argument utilisé par nombre de Flamingants. Ou plus exactement, que des flamingants ont diffusés et qui sont maintenant bien ancrés dans l'esprit populaire ( l'éditorialiste en chef du Morgen, pourtant l'un des plus objectif de la presse flamande, utilise cet argument; personnellement cela m'a choqué ^^ ).Mais crois-tu vraiment que les généraux d'une armée, opposée au Zweistes Reich, soit la plus grande puissance économico-militaire de l'époque, auraient pris le risque d'être diminué par le fait que leurs soldats ne comprenaient par leurs ordres??? Tu vas me dire, "on est en Belgique!", oui mais faut pas exagérer.Ensuite, les contingents étaient répartis plus par province que suivant un metling-pot national, donc les Wallons ( qui parlaient Wallon, ben oui ) auraient du avoir le même problème.Mais c'est sans compter sur le fait que les officiers qui parlaient français étaient les hauts officiers, c'est-à-dire pas ceux qui sont sur le terrain. Ces derniers étaient attachés aux contingents et donc parlaient très certainement la langue de leur soldat.Je ne dis pas que ce n'est jamais arrivé, mais c'est très loin des proportions que cela prend quand on écoute ces... légendes ( une base réelle magnifiée et exagérée )Alors, s'excuser pour des faits réels oui. Mais en précisant bien la vérité.S'applatir pour simplement faire preuve de bonne volonté, je l'aurais peut-être fait il y a un an, là c'est "onaanvaarbaar".

daive 17/02/2008 14:45

@Adri L: au fait, sur cette "légende", je l'évoque ici car elle est présente dans la plupart des argumentaires flamingants. De plus, il faut reconnaitre que ce n'est pas une légende, reconnaitre ses fautes c'est le début de la résolution. C'est un fait avéré que les soldats néerlandophones ne comprenaient pas grand chose à leurs officiers francophones. Ce qui est faux c'est de croire que ces officiers francophones étaient uniquement wallons. La bourgeoisie ne se résumait pas aux wallons francophones, bien au contraire. Ces officiers étaient wallons, bruxellois et flamands.

Daive 17/02/2008 14:04

@ Adri L. : de fait, dissociation et association, c'est une grosse différence, mais est-ce vraiment si important que ça ? Sur le conservatisme là je suis d'accord merci de l'idée.@ Oli : Je peux te le résumer si tu veux :Amérique = fédéralismeBelgique = fédéralismeAmérique = pays sans gros problèmes de demandes d'autonomieBelgique = le contrairePourquoi ? Egoïsme, revanchardisme, etc.Si tu parlais des fautes d'orthographes, là tu n'as pas tort mais il y a des facons de le présenter.@NonameHet probleem is dus eenvoudig : we leven naar de vorm in een federale staat maar in de praktijk bestaat die niet en wordt die via tal van maatregelen (de federale kieskring) afgebouwd. Dat is de bedoeling van mijn tekst :)

I am Noname 17/02/2008 06:46

U vergeet een belangrijke zaak : België is geen federale staat in de geesten van de Waalse politici. Zij negeren dat, ze willen de macht behouden over Vlaanderen en willen op alle mogelijke wijzen de Vlaamse federatie tegenhouden. Ze verzetten zich tegen eigen financiering. Ze willen knabbelen aan het grondgebied van Vlaanderen. Ze willen annexeren. We zillen stelselmatig geld afnemen van de andere federale staat, door de schulden gemeenschappelijk te houden, maar zelf verzaken ze aan hun plichten. De werkloosheid institutionaliseren ze, maar verlangen wel dat de Waalse burgen in Vlaanderen werk moet vinden en in het Frans moet spreken. Kortom ze weigeren zich aan de afspraken te houden. Het probleem is dus eenvoudig : we leven naar de vorm in een federale staat maar in de praktijk bestaat die niet en wordt die via tal van maatregelen (de federale kieskring) afgebouwd.

Oli 17/02/2008 01:36

Vous avez bu ?
Qu'est ce que c'est que ce charabias ? Si vous voulez être compris, essayer au moins de vous exprimer dans un français compréhensible.
C'est la moindre des choses, pour vous qui voulez nous vendre un trilinguisme obligatoire (Fr, Nl, En) que de maîtriser votre langue maternelle.

Médiocre.