Idéologisme contre régionalisme

Publié le par Daive

Il y a quelques heures la Lijst Dedecker annonçait fièrement la création d'un parti éponyme en Wallonie et à Bruxelles voulant ainsi trouver un allié de l'autre côté de la frontière linguistique afin de régler le problème de allen belgen. Ce fait anodin ouvre un grand débat sur le rapport entre la politique telle qu'elle est pratiquée partout dans le monde, sauf en Belgique, et notre Royaume.

Contrairement à ce que l'on pourrait croire, l'ultra-libéralisme de ce parti n'est pas néfaste à proprement parler pour des belgicains comme nous. En effet, le concept même du libéralisme est de supprimer les frontières économiques, ce qui en Belgique prend un sens tout particulier. Les années ont crées une frontière économique importante en Belgique, le nord prenant la voie du centre droit et le sud celle du centre gauche. Le fossé existe donc par des différents linguistiques ET politiques. L'ultra-libéralisme  ferait perdre son pouvoir à l'état mais aussi aux régions dans les matières économiques rendant le pays "unitaire" sur ce point précis. Et rien de mieux pour la Belgique qu'un affaiblissement du pouvoir des régions même si dans le cas précis de la liste Dedecker une certaine régionalisation est aussi demandée.

Le socialisme a aussi ses avantages pour notre pays si il est pris à ses racines les plus pures : le marxisme. Marx considère l'existence même de l'Etat, et de ses pouvoirs politiques comme des outils de la bourgeoisie pour contrôler le peuple. Marx est un anarchiste de première classe si j'ose dire. Si l'Etat disparaît en Belgique, et de facto ses entités fédérées, les frontières s'effondrent ... toutes ses frontières…linguistiques en particulier.
 

A vrai dire, la gauche comme la droite devraient, en théorie, participer à un renforcement de l'unité de l'Etat si cette gauche et cette droite n'étaient pas corrompues par le régionalisme égoïste ou hypocrite. Le concept même d'idéologie est de plus en plus écarté par les politiciens au profit du régionalisme. En Belgique, on n'est plus de gauche ou de droite, on est flamand ou wallon, et ça c'est la véritable mort de la démocratie ! Les cartels francophones ou néerlandophones sont les véritables dangers de notre nation. Alors que nous avions nos Rogier, Spaak et Vandervelde nous avons maintenant nos de Wever et Milquet.

Etre fière d'être de droite, de gauche, du centre ou d'extrême gauche est beaucoup plus démocratique que de savoir si on est un wallon, francophone, flaminguant ou franskilion. 

Pour sauver notre pays, il faut y réhabiliter le débat idéologique en lui rendant son caractère unitaire qui de facto ferait renaître un vrai débat politique.
Le BUB propose le retour à l'Etat unitaire. Si je trouvais cette idée un peu extrême, même farfelue, je finis par la voir comme principe évident face à la pauvreté du débat politique de ces derniers mois.

http://www.unionbelge.be

bron : http://www.lijstdedecker.com/ 
 

et maintenant, retour à la blok nondidju...


nb : je n'ai pas fait mention ici d'une idéologie demandant d'avantage de pouvoir pour l'Etat (communistes ou nationalistes) car je ne les trouve pas pertinents dans le cas précis de la Belgique en Europe du XXIe.

Et, au fait ... bonne année :

Don't send a lame Holiday eCard. Try JibJab Sendables!

 

Publié dans Politique intérieure

Commenter cet article