L'Orange très bleue

Publié le par Daive

Depuis des mois et des mois, l'institutionnel est partout. La Belgique tout entière, qu'elle soit pour ou contre le fédéralisme, le confédéralisme ou l'unité se trouve pendu aux paroles de l'Orange bleue. Même ceux qui s'en foutent, ne peuvent éviter les éternelles négociations communautaires. La bataille flamando-francophone est si importante qu'elle cache complètement, ou place entre parenthèse, le véritable changement qui s'opère en Belgique. Elle tourne à droite. Et pas vers le centre droit, vers la droite, la véritable droite. 

On nous annonce, dans un calme insolent, que va être instaurer un service minimum dans les transports en commun. Autrement dit, la philosophie du gouvernement actuel est la suivante : nous préférons un service minimum, qu'un service complet. Autrement dit, il faut moins de droit aux travailleurs, et moins de moyens d'en demander. Autrement dit, pour finir, on préfère empêcher les syndicats de revendiquer leurs droits, plutôt que de les comprendre, de travailler ensemble (Samen werkt, comme le slogan du Cd&v ). 

J'ai de plus en plus l'impression, aux vues du travail des politiciens et des médias, que la crise belge a surtout un sens pour nous empêcher de réagir face aux "avancées" actuelles. En effet, si nous critiquons les accords de l'orange bleue, comme Mevrouw Neen, on risque alors de mettre à mal l'unité du pays en renforçant les partis séparatistes. Autrement dit, s'opposer à la droitisation de notre Etat en reviendrait à en vouloir la fin. Ainsi, la participation du cdH, seul parti qui n'est pas entièrement de droite, n'a pas le moindre pouvoir et l'Orange est très très très bleue.

L'action des syndicats (
www.reddesolidariteit.be) est ainsi une action à souligner. En proposant cette pétition, elle veut montrer à la classe politique que la fin de la Belgique ne doit pas pendre au fil de réformes de droite et que le peuple peut encore s'opposer au courant actuel des choses.
 

zondervak.PNG

Publié dans Politique intérieure

Commenter cet article

Aline 31/10/2007 22:03

Bravo Dada !