Points à préciser

Publié le par Adri

Je me permet de revenir quelques instants sur deux éléments qui se sont déroulés il y a plus d’un mois, mais qui ont été peu médiatisés par rapport à certaines choses.

 

La fin du cordon sanitaire… ?

On pourrait le craindre. En effet, lors de l’installation de la Chambre Provisoire ( provisoire car les gens concernés pourraient être propulsés ultérieurement au poste de ministre ), suite aux élections du 10 juin, on nomme le président et ses vice-présidents. Ces derniers sont limités à 5, mais il n’y a pas vraiment de minimum. Et lorsque Herman Van Rompuy [du parti de l’ex-actuel-ancien-futur-nouveau formateur] remplaça Herman De Croo [du parti de l’ancien Premier] et que 2 vices furent nommés, on vit apparaître une fracture entre les représentants du Royaume.

Sentant le danger arriver, les Francophones et Groen, sur proposition du PS, votèrent une limitation des vices-présidents à 3, les autres Néerlandophones s’y opposant. La majorité l’emporta, les Flamands voulant respecter la « loi » du nombre. Le quatrième Vice élu fut donc un Vlaams Belang, Bart Laeremans. Mais ce n’est pas tout, car un autre élu du parti raciste, Ceder Jurgen, siège désormais dans le Collège des Questeurs, organe chargé de veiller aux besoins matériels du Sénat, et de donner des conseils sur la nomination du personnel…

Les uns répondront que désormais le Vlaams Belang est impliqué, qu’il ne pourra plus jouer les martyrs, que vu la 4e place à la Chambre il ne dirigera jamais les débat et que son électorat, voyant le VB qui a désormais des « responsabilités » mais ne fait « rien » changer, s’en détournera. Les autres ne pourront s’empêcher de penser que Hitler ( et d’autres ) est aussi arrivé au pouvoir démocratiquement…

 

L’objectivité de la presse, honneur indompté du Quatrième pouvoir ?

Suite à la gaffe de Leterme et sa version remixée de notre hymne nationale, la grande majorité des médias Flamands montèrent au créneau pour dénoncer ce que d’aucuns appelaient une machination, d’autres un manque d’humour, de la part des ( médias ) Francophones. En effet, selon les journalistes, Leterme avait « fait exprès de se tromper pour mettre la pression » et possédait un « sens du l’humour au deuxième degré très ironique ». Sans compter que les Francophones le « persécutaient », « cherchaient la moindre petite bête », le « poussait à la faute pour le déstabiliser ». Que de réactions semblables dans les journaux et éditos Néerlandophones.

Et toute cette belle défense de l’ex-premier Flamand parut bien risible lorsque Leterme déclara le lendemain « Oui, je le reconnais, je me suis trompé ».

Aveuglement, quand tu nous tiens…

Notons aussi qu’il a menacé les médias, surtout la RTBF, car il se sentait « traqué ». Enfin, il faut dire qu’il s’est quand même excusé pour cela et s’est amélioré sur ce plan ( pas sur celui de s’excuser mais son rapport avec les médias ).

Publié dans Politique intérieure

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article