Les Chroniques de Tanguy : Mes amis les flamingants

Publié le par Tanguy

Les élections approchent à grands pas et c’est avec plaisir que je vois ma boîte aux lettres se remplir quotidiennement avec les pamphlets du Vlaams Belang, du NV-A, de Spirit ou encore de la Lijst Dedecker. Pour cause : si ça continue à cette allure jusqu’au 10 juin, j’aurai assez de papier pour allumer mes barbecues durant tout l’été et fourrer la litière de mon chat jusqu’au prochain titre du Club de Bruges. 

De temps en temps toutefois, avant de balancer ces pamphlets dans la réserve à papier, je prends le temps de consulter le programme électoral de tous ces partis flamingants (flamingants dans le « meilleur » des cas, je ne parle même pas du côté raciste et xénophobe de certains de ces partis) et à chaque fois, je ne peux m’empêcher d’esquiver un léger sourire cynique à la lecture de leurs discours pseudo musclés de flamands nationalistes frustrés. Et puis, au bout d’un temps, mon sourire fait place à un long bâillement car je me rends compte à quel point ces flamingants, peu importe leur parti, manquent cruellement d’inspiration en revenant constamment à l’assaut avec leurs clichés concernant l’avenir bancal de la Belgique, l’incompétence et le laxisme wallons ou encore les gaspillage de la Flandre qui voit le fruit de son dur labeur disparaître dans les poches wallonnes qui ressemblent plus au tonneau des Danaïdes. Cependant, je ne pourrai leur en vouloir, car à force de répéter sans arrêt ces arguments simplistes et superficiels pour une Flandre indépendante, ils incitent les pro-belges à arborer fièrement leurs couleurs noir-jaune-rouge. 

Imaginons un court instant que les flamingants n’existent pas : nous, les pro-belges, nous nous ferions chier. On pourrait dès lors abandonner la politique et commencer à se casser la tête au sujet de thèmes qui nécessitent bien plus de réflexion, genre la question du sens de la vie ou celle de la vie après la mort. Bah, rien que l’idée me rend dépressif. Heureusement, il y a les flamingants… Et tant qu’il y aura ces petites gens pathétiques et bornés, la ‘Belge-attitude’ aura plus que jamais lieu d’exister. Car ce sont ces marginaux qui n’ont jamais vu autre chose que leur hameau dans lequel ils sont nés qui, avec leurs cris de désespoir, nous motivent à clamer bien plus haut et fort qu’eux notre affection pour notre pays et à défendre l’unité de la Belgique ! Pour cela, et aussi bien sûr pour leurs fourrages de barbecues et de litière qu’ils me refilent gratuitement dans ma boîte aux lettres, je leur dis : merci messieurs les flamingants !  

Commenter cet article

nathan c. 10/06/2007 14:18

Ces chroniques ne sont pas tres respectueuses, voire limite vulgaire, je n'aime pas beaucoup... S'opposer aux personnes qui ont une vision de l'état, de son fontionement et de ses devoirs, c'est tout à fait respectable, c'est la politique. Mais les insulter platement... n'amène à rien!sinon quelque chose de pas mal :http://www.dailymotion.com/video/x27qdl_sarkozy-bourre-apres-un-entretien-a

Adri L 09/06/2007 21:24

La fatalité n'existe que quand on l'accepte...Et je ne me suis pas encore résigné à la fin de la Belgique, et encore moins à devenir Français :p

Oli 07/06/2007 14:05

"Et tant qu’il y aura ces petites gens pathétiques et bornés, ce sont ces marginaux qui n’ont jamais vu autre chose que leur hameau dans lequel ils sont nés qui, avec leurs cris de désespoir,"Si c'est ainsi que vous voyez les flamingants, attendez vous à de très cruelles désilusions.Mais, après tout, tant que l'orchestre jouait à bord du Titanic, il n'y avait pas lieu de s'en faire. ....Ce pays à déja percuté l'iceberg.  Il est DEJA trop tard, le naufrage est DEJA inneluctable, et vous dansez, dansez dansez........Vous n'avez déja plus que le choix de la France et vous ne le savez pas encore.Rendez-vous après le 10 juin.